Maison Sensey Paris


Fermer

Votre panier est bien vide

Akhenaton


C’est grâce à de multiples identités que Philippe Fragione s’est fait un nom dans la culture française. Fils d’immigrés italiens, il voit le soleil en 1968 sur la planète Marseille et face à la mer, il rêve de découvrir le monde. Parce que savoir c’est pouvoir, il se donne les moyens de faire en nourrissant son imaginaire avec une encyclopédie qu’on lui offre pour ses 8 ans : il la lira de bout en bout, se passionnant pour l’histoire des dinosaures et l’Égypte ancienne.

Alors que la littérature et la contemplation lui offrent un monde de merveilles, l’adolescent prend le parti de dénoncer les iniquités d’une société bancale grâce au mouvement hip hop. À 16 ans, il se lance dans le rap et devient rapidement une figure emblématique du paysage musical français avec son groupe IAM. Il choisira son nom d’artiste dans l’histoire de cette civilisation qui l’a tant fasciné enfant : Akhenaton, premier pharaon monothéiste et révolutionnaire.

Leader charismatique aux prises de position écoutées, il déverse un flow de poésie aux accents populaires et métissés, à l’image de son héritage familial et culturel.  Chantre d’une cité phocéenne où il garde ses quartiers, Chill pour les intimes, Akhenaton, AKH ou Sentenza sort plusieurs albums solo, offrant des introspections nostalgiques ou amusées, militantes et engagées. Dans l’ouvrage « Face B » paru en 2010, il se livre sur sa vie d’artiste, de producteur, d’homme, de père de famille, en mettant l’accent (méridional) sur l’importance du collectif.

Le narrateur n’a pas peur des mots ; des images non plus ! En 2000, il se lance dans la réalisation d’un film, « Comme un aimant » qu’il a co-écrit avec Kamel Saleh pour raconter les errances stériles et dangereuses d’une jeunesse désœuvrée. Une chronique locale ancrée dans le quartier du Panier à Marseille mais qui résonne de manière universelle dans la France prolétaire, comme le rap que distille IAM depuis plus de trente ans. Alors que la tournée 2020 du groupe a été reportée suite à un confinement inattendu, Akhenaton confie sa vision, toujours plus contemplative, de la beauté.

 

À écouter albums solo : « Métèque et mat« , « Sol Invictus », « Black Album », « Soldats de fortune », « Je suis en vie« . Dernier opus avec IAM : « Yasuke » (2019). À voir : « Comme un aimant », « Conte de la frustration ».  À lire : « Face B » (éditions Don Quichotte).

Journaliste : Laurence Lorenzon – Musique et montage son : Romain Sensey – Photo ©Karim de la Plaine 

Écoutez notre podcast "Les Trilogies du Beau" avec Nadir Dendoune !

Écouter le podcast

Écoutez notre podcast "Les Trilogies du Beau" avec le docteur Alfred Fitoussi !

Écouter le podcast