Maison Sensey Paris


Fermer

Votre panier est bien vide

Rames-Xelhuantzi-photograhe-de-mode

Rames Xelhuantzi est un photographe de mode Mexicain haut en couleur. Il a travaillé pour les plus grands magazines comme Harper’s Bazaar, Vogue, Elle, Esquire, ou encore pour Dior ou Revlon. Les couleurs et le travail de la lumière qu’il propose dans ses photos sont époustouflants, vivants, flamboyants, autant de qualificatifs qui font sa signature empreinte de la culture et de l’art mexicain. Rames est également un homme engagé dans la protection de notre planète avec son projet #TheBeautyMovement. Il souhaite sensibiliser le plus grand nombre par la beauté et l’art, pour sauvegarder la splendeur de notre planète.

Maison Sensey : Ça a débuté comment ?

Rames Xelhuantzi : Je suis né au Mexique et j’ai grandi dans une ville appelée Cholula, un endroit connu pour sa grande Pyramide. Quand j’avais 19 ans, j’ai participé à une année d’échange culturel à Zürich, en Suisse. Cette année là, j’ai été ébloui par la nature magnifique de ce pays et par l’architecture des villes. C’était aussi la première fois de ma vie que je voyais les paysages changer si joliment à chaque saison ; des champs verts en été, aux arbres jaunes orangés en automne, à la blancheur de la neige en hiver et aux fleurs colorées au printemps.

A l’époque j’avais un appareil photo très simple et j’étais déjà très enthousiaste à l’idée de réaliser des photos de beaux paysages et de mes amis du groupe d’échange. J’aimais déjà photographier les filles lors de nos voyages dans les différentes villes que nous visitions ou dans les fantastiques paysages de montagne. D’ailleurs j’en ai sélectionné spécialement pour Maison Sensey.

Ce que je ne savais pas à ce moment-là, c’est que je faisais mes premiers pas en tant que photographe de mode. Je me souviens quand je prenais une photo d’une de mes amies, j’essayais de cadrer la photo de la meilleure façon, d’avoir une belle composition avec le fond ou le paysage. J’ai aussi fait attention à ne pas avoir de bouteille d’eau ou d’objets perturbants la scène. Je composais naturellement mes premières photos de mode sans savoir que quelques années plus tard, cela deviendrait ma carrière et ma plus grande passion.

Créer des images et raconter des histoires est la façon qui me permet de me connecter à mon âme et d’exprimer mes émotions. La photographie de mode et de beauté me permet d’unifier et de transmettre mon admiration pour le design de mode ; le maquillage, la coiffure, la beauté féminine, la forme et les lieux uniques. J’aime travailler avec des gens talentueux qui partagent la même passion pour ce qu’ils font.

Est-il possible de capturer l’élégance en photo ?

L’élégance commence avec l’harmonie des différents éléments de la photo. Elle peut être transmise par l’attitude du modèle, le style du vêtement, le maquillage ou encore la coiffure. Puis vient l’œil du photographe pour capturer tous ces éléments et les transmettre dans les photos.

Quelles sont vos sources d’inspiration et quelles personnes vous inspirent dans votre travail ?

Je suis inspiré par différentes sources, la plupart du temps par la beauté d’une femme, par un paysage ou un lieu captivant, beau ou unique. Je m’inspire souvent de films ou encore en voyant travailler d’autres artistes et photographes. Peter Lindbergh, Steven Meisel, Horst P. Horst, Vincent Peters, Eugenio Recuenco et Mario Testino sont les photographes qui m’ont le plus inspiré.

Le travail de la couleur semble très important dans vos photos, comment la travaillez-vous ?

La couleur fait partie de ma culture, elle est un élément très important dans les arts et l’artisanat au Mexique. L’utilisation de couleurs dans mes photos est très naturelle pour moi, bien que j’aime aussi le noir et le blanc. Certains des photographes que j’admire comme Peter Lindbergh, Richard Avedon, Erwin Blumenfeld, utilisent le noir et le blanc dans leurs œuvres. Je suis aussi fan des techniques d’éclairage des années 40 et 50 et des films en noir et blanc.

Quelles techniques photo utilisez-vous ?

C’est difficile à dire car je n’ai pas de techniques spécifiques. J’ai développé l’utilisation de nombreuses techniques au cours de ma carrière. Je considère mon automatique très polyvalent car je peux éclairer et créer des scènes en utilisant des stroboscopes, le tungstène, la lampe hmi qui offre un éclairage naturel et également expérimenter différents types de lumières comme les lasers.

En termes de techniques photo, celle que j’ai travaillée des années pour la développer, est la photographie stéréoscopique (3D). J’ai construit mon propre système avec deux reflex numériques connectés à des émetteurs de synchronisation.

Pour la plupart des photos, j’utilise mon Nikon D800. Pour d’autres projets, surtout lorsque je réalise des campagnes beauté et coiffure, j’utilise un appareil photo moyen format PhaceOne pour obtenir beaucoup de détails et de qualité car la plupart des photos seront affichées en grands formats dans les stands et les grands magasins.

Quelles sont les photos qui vous ont rendu le plus fier ?

Les photos qui me rendent fier sont celles qui demandent beaucoup de travail avec des productions complexes, d’autres fois c’est le résultat de l’image que j’aime.
Cela peut être également une photo que je peux revoir des années après et je l’aime toujours autant, celle qui peut me transmettre un bon feeling, un bon souvenir, une photo que j’aime voir et revoir.

Quelles photos de Paris aimeriez-vous réaliser ?

Il y a quelques années, j’ai réalisé une campagne pour une marque de mode mexicaine au Pont Alexandre III. En raison d’un retard des échantillons de la collection, la production a été retardée et nous avons fait le shooting au début de l’hiver. Il faisait très froid pour faire le tournage et se déplacer.
J’aimerais revenir à Paris au printemps pour voir toute la beauté de cette saison et créer une Spring Fashion Story au Pont Alexandre III.

Vous travaillez sur quel projet en ce moment ?

J’ai un projet significatif et important que je viens de commencer et je suis très heureux de le partager avec vous. Le projet s’appelle #TheBeautyMovement
C’est la volonté de créer un monde meilleur grâce à la beauté, d’essayer de faire prendre conscience aux gens de la splendeur et de la grandeur de notre planète pour qu’on lui donne plus de respect et d’admiration.

Il s’agit d’inspirer les gens à travers la photographie et les arts pour prendre soin de notre planète, en commençant par des actions simples comme ramasser tous les jours des déchets de la rue quelque soit l’endroit où on se trouve. Il s’agit de recycler des sacs et des bouteilles en plastique, en utilisant le moins possible de matériaux qui ne se désintègrent pas dans le sol. Il s’agit de transformer les déchets en art. Mon souhait et ma mission sont d’inspirer les autres à voir la beauté et la grandeur de notre monde.

Je profite de cette interview pour inviter les personnes et les organisations qui partagent cette vision à rejoindre #TheBeautyMovement afin d’avoir un impact positif dans le monde à travers la photographie et les arts.

Découvrez le photographe Rames Xelhuantzi en images !

Voir la galerie

Découvrez notre interview du photographe Nicola D'Orta

Lire l'interview