Maison Sensey Paris


Fermer

Votre panier est bien vide

Andrew-Basile-directeur-artistique-new-yorkais

Andrew Basile est un directeur artistique singulier. Ce new-yorkais visionnaire, artiste, chef d’orchestre pour Calvin Klein, Bloomingdale’s ou encore Bergdorf Goodman, capteur de l’air du temps et de son mouvement, aime l’imaginaire et le transporte dans la réalité. Et inversement, il transporte la réalité dans un imaginaire. Il aime les contrastes, la beauté autant que les imperfections mais également la suggestion d’une nouvelle apparence. Il s’entoure de grands talents pour proposer des tableaux étonnants. Comme pour son dernier travail « Gods and Monster » qui est un miroir de notre monde. Il met en scène des hommes et des femmes qui combattent les éléments destructeurs d’un monde bien réel. La mode est depuis toujours l’interprète de l’histoire. Andrew Basile nous livre sa vision poétique, chaotique, forte et belle à la fois de notre temps à travers la mode. Mais aussi le pouvoir de l’imagination qui est le talent des génies.

Maison Sensey : Ça a débuté comment ?

Andrew Basile : Vous demandez « comment tout a commencé » et en regardant en arrière, je dois dire que cela a commencé comme un refuge. Pour beaucoup, grandir est une période déconcertante et déroutante. J’ai trouvé une évasion par la créativité et la curiosité. Mon imagination était riche et complexe, presque surnaturelle. La beauté fournissait une évasion de protection sans fin, mais la laideur étrange et surprenante avait sa propre allure sombre et pétillante.

Ces contraires ont évolué vers une attirance pour l’inhabituel et le fantastique. J’étais attiré par des forces contrastées avec une curiosité sans limite. Mon intention initiale était de devenir un artiste. J’ai dessiné, peint et ciselé le marbre à l’école d’art, mais bizarrement c’était la simplicité de la plume et de l’encre de Chine où j’ai excellé. Le dessin au trait continu sur papier blanc est devenu mon domaine de prédilection, et à ce jour, c’est le contraste absolu entre le noir et le blanc qui attire constamment mon attention.

Le début de ma carrière a commencé avec une pause scolaire et un emploi de Noël en tant que visuel merchandiser dans un grand magasin haut de gamme très connu. C’est ici que ma créativité s’est connectée à des objets portables, et à des pièces de grande valeur. J’étais toujours attiré par la mode, et occupant cette fonction, j’ai eu l’opportunité de connecter mes divers centres d’intérêts. Ma fascination pour la mode, le design et le style a grandi dans le temps grâce à ces expériences.

Le poste suivant a combiné ce que j’avais acquis précédemment et m’a rapproché du processus de conception. J’ai été nommé directeur de la mode chez Bloomingdales. Le magasin jouissait d’un statut incroyable et innovait en découvrant des designers de pointe tout en présentant des produits du monde entier. La mode a atteint un niveau frénétique à ce moment. C’était la langue qui parlait à l’élite et aux ambitieux. Bloomingdales était à l’avant-garde, prenant des risques avec les modes les plus récents comme Alaïa, Mugler et Galliano. Le magasin est devenu l’avant-garde des designers les plus recherchés dans le monde entier.

Désireux d’aller plus loin, j’ai occupé le poste de vice-président et directeur de la mode de Bergdorf Goodman. L’emporium exclusif était le summum du luxe. Une réputation de qualité, d’excellence et de savoir-faire dans tous les domaines : vêtements, accessoires, ameublement, merchandising visuel et publicité. C’était à moi de donner le ton au magasin chaque saison. Une des missions clé consistait à constituer une écurie de designers internationaux : les sourcer, les marketer, ainsi qu’à présenter les grandes tendances de demain. L’influence combinée du talent hors pair dans les acheteurs, la conception visuelle, la publicité, les pièces promotionnelles, et les événements de gala, ont fait du rêve une réalité.

Les forces combinées acquises grâce à la titularisation de Bergdorf Goodman et Bloomingdales se sont réunies et ont élargi ma portée. Une opportunité de rejoindre l’équipe de Calvin Klein était le nouveau défi parfait. M. Klein m’a contacté et a partagé ses plans pour étendre son entreprise d’une marque nationale à une marque mondiale. Son désir de créer une identité distincte qui serait immédiatement reconnue sur la scène internationale, une présence incontestablement transparente de Calvin Klein dans chaque ville et pays où il est apparu. Unifier le message publicitaire et visuel était la clé mais pas une tâche facile.

Ce fut une énorme période d’apprentissage pour moi et l’une des expériences les plus gratifiantes de travailler avec une équipe aussi intelligente et professionnelle. Nous visions tous le même objectif, mais c’était une tâche monumentale d’unifier le monde. Inutile de dire que nous avons atteint notre objectif de présenter une marque reconnue mondialement. Avec un effort unique et organisé, et une force qui a caractérisé le style américain minimaliste et épuré, Calvin Klein Inc a émergé partout.

Il est essentiel que toutes les marques de luxe soient reconnues immédiatement, et le travail novateur qui a été mis en place chez Calvin Klein a été répété à maintes reprises. La vision singulière de la réalisation d’images publicitaires qui donnait le ton à l’entreprise était extrêmement difficile. Cependant, le processus a été passionnant, gratifiant et a facilité mon travail avec les meilleurs designers, photographes, stylistes, talents créatifs, modèles et équipes hors pair sur des sites qui ont rendu les images surprenantes et inégalées en termes de qualité et de style. C’est cette expérience qui a élargi ma portée et m’a amené à la Direction de la création comme un chef d’orchestre est attiré par un orchestre.

Quelle est votre vision du marché du luxe aujourd’hui ?

Aujourd’hui, le consommateur est inondé de produit. Chaque saison, de nouveaux designers arrivent sur les lieux. Le marché du luxe tant recherché est souvent banal, commun et répétitif. Les clients ressentent un manque d’authenticité lorsque les magasins et le produit se répètent, et seuls les chasseurs de statut insensés sont aveuglés par le bling de l’excès. Ce n’est pas du vrai luxe pour moi ; c’est du marketing car il pousse tous les boutons visuels, mais ne fait aucun lien tactile durable avec la qualité, l’histoire ou l’artisanat.

Ironiquement, le luxe est un sentiment, c’est une expérience, et dans ce sens, il est complet. Les millénials cherchent à remplacer les achats/acquisitions par des expériences. Sans s’en rendre compte, ils nous ramènent à l’origine du luxe. L’expérience de sentir le tissu, le cousu main, le détail de la broderie, la maroquinerie, l’expérience humaine de l’artisanat est le souffle de la vie pour les choses de luxe.

Le vrai luxe est insaisissable et absolu. C’est autant une émotion éphémère que c’est un objet tangible. Il peut être humble ou extravagant. Aujourd’hui, nous confondons l’excès bien fait avec le luxe. Ce qui était autrefois une entreprise de luxe s’est transformée en un business de vêtements très coûteux et à profusion.

À mon avis, il s’agit tout autant de satisfaire un besoin que de fournir la version la plus rare de tout. J’essaie de transmettre une émotion dans mon travail, de montrer le désir de la qualité de ce qui est en vedette. Pour fournir à quelqu’un une histoire, une expérience visuelle captivante et authentique. Une partie de la vie consiste à faire face aux difficultés, c’est rêver. J’essaie de créer des images où la fantaisie est réelle et où les rêves sont à portée de main.

Racontez-nous l’histoire de « Gods and Monsters »

Le photographe Joseph Chen avait été invité par le Leica Camera Company à faire un article éditorial pour leur magazine S Leica. Joseph m’a contacté et nous avons parlé d’une histoire que j’avais voulu faire impliquant un groupe de jeunes vagabonds qui vivent la vie librement, l’explorant sans but. Le groupe de quatre modèles masculins et de trois modèles féminins sont présentés dans des milieux naturels portant des vêtements dépareillés tout en transportant leurs biens dans des sacs à dos et des sacs à ordures de camping partout où ils trouvent un abri.

L’éditorial a été tourné à deux endroits sur Long Island New York pendant deux jours. La ligne de l’histoire s’est encore développée lorsque les espaces vides sur la plage ont déclenché une idée. Puisque la mode est un miroir du monde, nous avons vu l’opportunité de revisiter un temps qui nous est familier. La chute de la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki étaient des événements historiques. Des années plus tard, les films de science-fiction japonais incorporeraient des animaux et des insectes mutés à la suite du rayonnement. Godzilla, Mothra, et d’innombrables créatures sont apparues dans des films mutés à la taille et à la force gargantuesque.

Aujourd’hui, dans un monde pré apocalyptique, nous sommes confrontés à la possibilité de revivre ces événements à travers l’escalade des tensions en Asie du Sud-Est. Les similitudes étaient trop réelles. Cependant, dans notre version, nous voulions que les personnages soient un peu distants, imperturbables, désengagés par la menace imminente. Les personnages sont un peu détachés, auto-absorbés, et créent donc une relation abstraite avec les créatures et entre elles. Ils regardent ailleurs ou devant eux, ne se rendant pas compte qu’ils sont en péril. En fin de compte seulement ils peuvent ouvrir voir ce qui se cache derrière eux, se battre, prendre la menace pour survivre. Leur jeunesse de Dieu, leur force et leur nouvelle vision du monde doivent éliminer les monstres que leur monde a créés.

 

Découvrez "Gods and Monsters" d'Andrew Basile en images !

Voir la galerie

Découvrez notre interview du mannequin Brad Welling

Lire l'interview